Entretien d'embauche : les 5 erreurs à éviter

Publié le par lereyseau

Gare aux banalités et aux impolitesses, qui grilleront toutes vos chances face à un recruteur. Pour vous montrer sous votre meilleur jour lors de votre entretien de recrutement, voici les cinq bourdes qui ne pardonnent pas…

Vous avez relu le descriptif du poste à pourvoir, vous connaissez votre CV par cœur, votre tenue est impeccable… et pourtant quelques mots suffisent à ruiner votre candidature.

1. Eviter les considérations personnelles. N'abordez pas vos contraintes horaires lors d'un premier rendez-vous. Tous vos arguments doivent rester dans la sphère professionnelle. A bannir donc, les "je dois quitter le bureau à 17h30 pour aller chercher mes enfants", "vous comprenez, j'ai fait une dépression suite à mon divorce"… "Le recruteur n'a pas une âme sociale et ne comprend pas, prévient Lionel Deshors, directeur associé du cabinet CCLD Recrutement. De telles remarques peuvent démontrer un manque de capacités d'adaptation ou d'implication au travail". A candidatures égales, nul doute qu'un employeur optera pour celui dont la vie personnelle semble la moins contraignante.

2. Ne jamais critiquer ses anciens employeurs. Ne pensez pas gagner la compassion de l'employeur en décrivant les difficultés rencontrées dans votre entreprise. "Un mauvais calcul, selon Lionel Deshors. Même si le recruteur vous semble sympathique, faites attention à ne pas vous épancher sur vos désillusions dans votre ancien job". A proscrire : les commentaires acerbes, l'amertume, les ressentiments… "Ces propos négatifs laissent entrevoir un futur salarié difficile à gérer", justifie l'expert. La solution ? "Contentez-vous d'affirmations plus neutres, telles "je cherche de nouvelles opportunités de carrière", "j'ai envie de m'investir dans une nouvelle entreprise"", explique Guillaume Colein de Robert Half. Une façon de positiver, en somme.

3. Bannir les mensonges. Pas question d'être approximatif, car la plupart des recruteurs vérifient vos références. Sur les erreurs passées, inutile d'éluder. "Montrez comment vous avez pris du recul et utilisez ces échecs pour rebondir", préconise Lionel Deshors. "Si votre CV comporte une longue période d'inactivité, il faut la justifier. Préparez une réponse", renchérit Carole Gilles, présidente d'Action Coach Emploi. Si vous vous sentez piéger par une question, le stress peut vous pousser à la faute : vous bafouillez, vous répondez à côté de la plaque… Pas de panique. Le mieux est encore d'être honnête : "je ne peux pas vous répondre immédiatement, je vous propose d'y réfléchir".

4. Rester poli en toutes circonstances. "Elémentaire, cette règle de base est pourtant négligée par trop de candidats", déplore Lionel Deshors. Pas question par exemple de répondre au téléphone même si c'est urgent. "En cas de retard, un recruteur peut se montrer tolérant si vous l'avez prévenu par téléphone, et surtout, si vous vous excusez en arrivant", rappelle Carole Gilles. Autre impolitesse courante : "combien de temps va encore durer notre entretien?" Enfin, évitez de taper du pied ou de remuer votre stylo. Autant de signes d'impatience du plus mauvais effet.

5. Ne pas se focaliser sur la rémunération. S'il est légitime de vous renseigner sur le niveau de salaire, inutile d'entrer dans les détails lors d'un premier rendez-vous. Erreur fréquente : proposer un salaire mensuel. "Vous devez avoir en tête votre rémunération annuelle (13ème mois compris)", recommande Carole Gilles. Cette première rencontre doit, en revanche, vous permettre de récolter un maximum d'informations sur l'entreprise et le poste à pourvoir.

Article tiré du magazine Management

Commenter cet article